Vers un jeudi noir: les syndicats espèrent recouvrer la santé … et se "venger" des vestes jaunes – Comparateur Assurance Obsèques


Alors que les vestes jaunes ont été sponsorisées par des vestes jaunes pour se faire connaître à l'échelle internationale, les syndicats officiels espèrent une mobilisation très importante pour montrer qu'ils n'ont pas perdu leur pouvoir d'influence.

Ce jeudi noir sera noir à partir du noir, car il est voulu et organisé par tous les syndicats existants. De la CGT à la CFDT, en passant par la CFTC et l'OP, en passant par toutes les organisations les plus professionnelles, les syndicats SNCF, la RATP, le personnel aéronautique, les responsables du système de santé, les enseignants, les médecins et même les avocats. Ne parlez pas des commerçants et des artisans.

À première vue, toutes les organisations qui gèrent un système de retraite de près ou de loin, tous les employés ou les travailleurs indépendants qui peuvent avoir un problème ou une préoccupation au sujet de leur pension peuvent se retrouver sur la route. Alors ça peut faire le monde. Il peut effectivement bloquer le pays tout entier à partir du moment où les responsables sont mobilisés.

Le catalyseur de ce mouvement est donc le projet de retrait et de réforme du gouvernement. Officiellement, tous les syndicats ont une raison de s’opposer à ce changement. Mais comme les raisons données sont différentes et si contradictoires, le mouvement peut difficilement conduire à une situation qui favoriserait un compromis. Presque tout le monde veut une réforme, mais chacun a sa propre réforme en tête.

Certains syndicats sont radicalement opposés à tout changement susceptible de revenir à certains des avantages obtenus. D'autres amèneront leurs membres ou sympathisants dans les rues pour des raisons de principe, idéologiques ou purement corporatives.

En bref, nous assisterons à des mouvements importants, à un blocus du pays, à de nombreux événements, car les syndicats voudront compter et montrer la réalité de leur force.

Les syndicats sortent d'une année très difficile qui a complètement bouleversé leur organisation et remis en cause leur existence. Le mouvement brutal des vestes jaunes commencé l'année dernière les avait pris par surprise. Les vestes jaunes occupaient les carrefours giratoires, ils ont inventé une forme de protestation sympathique au début, puis prenaient des rendez-vous hebdomadaires dans les centres-villes où ils étaient souvent utilisés et dépassés par des bandes d'émeutiers. La violence et les dégâts ont donné à leur mouvement un air de révolution populaire et surtout une publicité internationale que la grande majorité ne voulait pas.

Les vestes jaunes ont suscité des idées, des projets et de nombreuses utopies, mais ils n'ont jamais réussi à s'organiser pour les présenter. Ils étaient courtisés par la classe politique de tous les côtés et par les syndicats de toutes les couleurs, mais personne ne pouvait les récupérer ni les digérer.

Ce qui est incontestable, c’est que le mouvement des jaquettes a révélé de vraies et nouvelles fractures socio-économiques dans la société française, de véritables divisions sociologiques et géographiques.

Mais ce qui est également vrai, c'est que la mobilisation est restée très relative. Au cours des derniers week-ends, le nombre de manifestants a à peine dépassé les 30 000 manifestants, soit le total de la France. En gros, l’équivalent de deux soirées de matchs du PSG du Parc des Princes.

Ce qui est vrai, c’est qu’au plus fort de la crise, en décembre dernier, le nombre total de manifestants de rue avoisinait les 300 000, soit l’équivalent de deux stades. France les jours du concert de Johnny Hallyday. De plus, l'enterrement du rocker avait attiré plus d'un million de Français sur les Champs-Élysées, presque autant que les grandes manifestations contre les réformes d'Alain Juppé.

Les vestes jaunes ont pu prendre le pouvoir dans la rue et assurer une présence assourdissante dans les médias.

Pour les syndicats, cette réalité était insupportable. Ils connaissaient et ressentaient le malaise social mais étaient incapables de le canaliser et de le porter. Pouquoi? Tout simplement parce que l'appareil syndical est affaibli dans leurs organisations par la lourdeur et la logique interne du pouvoir. Ils sont affaiblis par leur mission de cogestionnaires du modèle social d'égalité. Les syndicats sont minés par des bases associatives trop étroites.

Engagés dans la gestion des organisations sociales, ils deviennent complices et co-responsables des dysfonctionnements, ils oublient que leur véritable pouvoir dépend non seulement du nombre de sièges occupés par l’assurance maladie ou de l’Unedic, mais également du nombre de membres qui leur font confiance. Selon Nicole Notat, ancienne secrétaire générale de la CFDT, un syndicat doit être souhaitable, utile pour ses membres qui sont ses clients.

La séquence complète des vestes jaunes leur a montré qu'elles n'étaient pas souhaitables, c'est-à-dire qu'elles n'étaient pas en mesure d'attirer tous ceux qui prétendaient le porter.

Le premier objectif jeudi sera de mettre un maximum de personnes sur la route et si les événements atteignent un million de participants, avec la plupart des services de transports en commun bloqués, la journée sera perçue comme une réussite. Surtout si cette journée se déroule sans violence et sans interruption dans les centres-villes.

Si les syndicats gagnent ce pari, ils auront démontré leur capacité à se mobiliser pour reprendre le pouvoir de négocier avec le gouvernement. Et oubliez l'épisode des gilets jaunes.

Il reste à voir quel pourrait être le contenu réel de la négociation qui se déroulera dans les prochaines semaines. Parce que le niveau de la demande est élevé et que les types de demande sont très disparates. Entre ce que les cheminots demandent et ce que les avocats défendent, le fossé est énorme.

En un sens, le succès de la journée donnera aux syndicats un sens des responsabilités. Le gouvernement doit s'en saisir et l'utiliser pour trouver un compromis. Il est également nécessaire que le Président de la République tienne compte du fait qu'il existe des contre-pouvoirs et qu'il doit les maintenir en équilibre.

Vers un jeudi noir: les syndicats espèrent recouvrer la santé … et se "venger" des vestes jaunes – Comparateur Assurance Obsèques
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire