Mali: attention: honte, Mali Nouvelles – Comparateur Assurance Obsèques


Il faut croire que les Bissau-Guinéens ont choisi, étant donné les résultats du premier tour, de donner une leçon d'honnêteté et de transparence électorale à un SBM dont la devise à l'élection présidentielle de juillet-août 2018 au Mali était "qu'il ne faut pas perdre les élections" que nous organisons "!

Le président sortant de la République de Guinée-Bissau a été battu par deux de ses anciens premiers ministres et n'a même pas obtenu le droit de jouer au second tour!

Pour le même exercice, un an plus tôt au Mali, les apprentis sorciers avaient ruiné l'État pour acheter le vote, alimenté le feu de la division et le conflit intercommunal pour proclamer la victoire de leur champion. Si Mario Vaz avait eu notre ancien Premier ministre à son service, il n'aurait jamais perdu le vote.

Cette leçon de Bissau nous couvre de honte et de ridicule.

Le ridicule encore pour cet État incapable est la grève des pharmaciens contre les ordres de l'AMO en raison de la montagne d'impayés en même temps que CANAM annonce le Régime d'assurance maladie universel (RAMU) pour 2021. Maladie obligatoire de l'assurance-convergence et l'assurance maladie volontaire coûtera une fortune, une perspective improbable quand l'AMO aura du mal à payer les services de pharmacie.
C’est le même royaume de bravoure qui a poussé Michel Sidibé à attribuer à l’IBK un prix attribué au Mali pour les progrès réalisés en matière d’assurance maladie, le même IBK qui a soutenu la CSTM et les syndicats de police mobilisés contre le gouvernement. J'AIME avant de retourner à la file d'attente après le coup d'Etat. L'absence de budget ne peut justifier l'attente politique!

Le président d'IBK a annoncé qu'Eliseo se rendrait lundi à Paris pour rendre hommage aux 13 soldats morts entre Gao et Menaka. Nous devons nous plier à la mémoire de ces combattants tout en rejetant la hiérarchie (ce n'est pas le cas de la France) sacrifiés dans la lutte contre le terrorisme. 30 soldats maliens (pour un total de 43 morts) ont été tués à Tanbakort et enterrés à Gao en l'absence du chef de l'Etat qui assistait aux funérailles du doyen du district de Bamako. Une arrière-grand-mère pauvre qui n'a rien demandé et a mis fin à ses jours entourée de l'affection de sa famille. Le Premier ministre a été largement suffisant pour ce protocole, qui concerne davantage de commodité sociale. La place du commandant suprême des armées ou ce qu'il prétend être tel était Gao, au premier rang derrière l'imam. Mais comme aurait dit Henri IV: "Paris mérite une messe!"

Sambou DIARRA

Source: Dawn

Mali: attention: honte, Mali Nouvelles – Comparateur Assurance Obsèques
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire