Cas dans lesquels une assurance vie entre dans les actifs du souscripteur – Comparateur assurance décès

Cas dans lesquels une assurance vie entre dans les actifs du souscripteur

Outil de transmission avec allégement fiscal, l'assurance vie est réputée "par succession". Certains seraient tentés d'abuser de ce régime dérogatoire … au risque d'être impliqué par les autorités fiscales.

Assurance vie non immobilière

Selon le code des assurances (article L.132-13), les contrats d'assurance-vie peuvent être transférés par succession. Les montants (capital et intérêts) ne sont pas inclus dans les activités immobilières partagées par les héritiers. En principe, le bénéficiaire d'une assurance vie ne doit pas payer de droits de succession (dans la limite de la déduction de 152 000 €), ce bénéficiaire pouvant être librement choisi par le souscripteur. le cercle des héritiers légaux. C’est ce qui fait de l’assurance vie un support fiscal idéal à transmettre, car elle offre une marge de manœuvre dans le système héréditaire français qui repose sur la réserve héréditaire et sur le quota disponible, double principe qui garantit aux parents une partie du patrimoine du défunt. Cependant, cette règle de transmission "non-succession" a ses limites.

Prix ​​exagérés

La loi française permet de favoriser la succession d'un héritier, d'un conjoint ou d'un tiers, mais il est nécessaire de respecter le quotient disponible, c'est-à-dire "la partie de la succession de biens et de droits qui n'est pas réservée et dont le défunt peut disposer libre des libertés "(art. 912 cc). Étant donné que les enfants sont les héritiers de la réserve, le taux de la portion disponible diminue à mesure que le nombre d’enfants augmente. Le Code civil prévoit une partie spéciale disponible pour le conjoint survivant, qui n'est pas un héritier réservé en présence de descendants (légitimes, adoptés ou adultères).

L’assurance vie n’est pas affectée par les mesures de réduction qui encadrent ces libertés et échappent ainsi à la succession. Toutefois, ce régime d’exonération devient caduc lorsque les primes payées par le souscripteur sont "manifestement exagérées par rapport à la capacité du défunt". Cette notion de primes "non standard" est appréciée en fonction de l'âge, de la situation financière et familiale de l'assuré et de l'utilité du contrat pour celui-ci. L'évaluation du caractère "manifestement exagéré" est effectuée au moment du paiement du prix et non au moment du décès du souscripteur.

Le service des impôts détermine si le contrat d'assurance vie a été utilisé pour détourner l'héritage et échapper à l'impôt sur les successions, endommageant ainsi la réserve héréditaire et endommageant l'administration des impôts.

Requalification par donation indirecte

Le contrat d'assurance vie est rétabli dans la succession lorsque les circonstances dans lesquelles son "bénéficiaire" a été désigné révèlent que le souscripteur de ce contrat est disposé à se déshabiller de manière irrévocable "(Cass., Com., 26 octobre 2010, recours). No. 09-70.927). Exemple: un contrat sur le lit de mort de l'assuré.

Si l'autorité fiscale estime qu'en l'absence de risque au moment de la souscription, c'est-à-dire du décès du souscripteur indéfiniment, il peut réaménager le contrat en tant que donation directe, ce qui a l'effet. pour rétablir les montants dans l'immobilier. Revenons au caractère de libéralité mentionné ci-dessus, utilisé dans ce cas de manière déguisée. Les montants reçus par le bénéficiaire sont soumis à un ajustement d’impôt et sont exempts de taxes.

Absence de désignation du bénéficiaire

Si le contrat a été conclu sans désignation de bénéficiaire, le capital ou la rente garanti fait partie de l'actif et, par conséquent, de l'actif du souscripteur. Pour mémoire, la désignation peut être:

  • directe: le bénéficiaire est nommé par son nom (nom et prénom);
  • ou indirect: le bénéficiaire est désigné par sa qualité (mon conjoint, mes enfants, mes héritiers, etc.).

Selon l’article L.132-8 du code des assurances, "la clause selon laquelle le bénéfice de l’assurance est accordé à une ou plusieurs personnes qui, sans être nommées, sont suffisamment définies dans cette clause pour pouvoir être identifié au moment de la recouvrabilité du capital ou du loyer garanti ".

Assurance vie non résolue

Ce dernier cas concerne les conjoints communs pour toujours. Quel est le sort d'une police d'assurance stipulée par le conjoint survivant et alimentée par les fonds combinés? Le contrat est toujours ouvert, on dit qu'il n'est pas réglementé et doit être considéré comme un bien commun dont la moitié de la valeur doit compléter les activités immobilières du conjoint décédé. Pour les propriétés à partir du 1er janvier 2016 (réponse Ciot), le contrat est exonéré de tout impôt au premier décès. Cette règle de non-intégration ne s'applique pas au deuxième décès: les sommes versées aux bénéficiaires restent soumises à l'imposition de l'assurance-vie.

Cas dans lesquels une assurance vie entre dans les actifs du souscripteur – Comparateur assurance décès
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire